Classe Médias du lycée Montaigne (Paris, VI°)

27 mai 2019

LA GEOGRAPHIE DES DRAPEAUX

4) BHOUTAN

Le Bhoutan est un pays d’Asie du sud enclavé entre deux mastodontes du continent : la Chine et l’Inde. Ce territoire est pourtant assez esseulé et difficile d’accès : un seul aéroport national, lui-même ne possédant qu’une seule piste elle-même en plein cœur d’une chaîne de montagne. En effet, le Bhoutan a la particularité d’être le pays le plus écologique du monde. 70% du pays est fait de zones rurales, voire totalement inhabitées. Cette densité de forêts permet donc au pays d’être un puit de CO2 : il en absorbe plus qu’il en produit ! En plus de cela, le Bhoutan utilise majoritairement de l’énergie renouvelable et s’engage à fournir des panneaux solaires gratuitement même dans les zones les plus escarpées. Le gouvernement ne fait d’ailleurs rien à moitié car le tabac et les sacs plastiques, perçus comme une source de pollution majeurs, sont littéralement interdits dans le pays. La faune unique du pays est également préservée avec grand respect : tuer une espèce protégée comme la grue à cou noir est passable de prison à vie. Aussi le Bhoutan est un royaume très attaché à sa culture. Certaines règles sont imposées aux habitants, comme une certaine manière de s’habiller pour certains jours de fête. Mais le pays est très loin d’avoir un gouvernement autoritaire, il est très ouvert, ne connait pas de tensions réelles avec aucun pays et est d’autant plus proche avec ses voisins, l’Inde et le Pakistan, pourtant très différents de part leurs idées religieuses. Ce qui ne les empêchent pas de bien s’entendre avec ce pays considéré comme la capitale du bouddhisme. Si vous avez la chance de visiter ce pays quelque peu dépaysant, il vous sera demandé une taxe de 250$ par jour, certes assez chère mais reversée afin de faciliter le développement de certaines zones rurales éloignées du monde en aidant la construction d’écoles. Mais le Bhoutan me charme aussi de part son drapeau.

GbmSAjM3tWpDfeuKzpY3iI6TYbUvfoesXdVR0uHIRk_X5-iLDujkHwzOHmr7rKgUg5qyCw=s128

J’étais obligé de l’inclure tant il est particulier. Il en impose vraiment. L’orange et le jaune se marient parfaitement et représentent les deux choses les plus importantes pour pays. La couleur jaune est la représentation du royaume et est traditionnellement portée par le roi ou son entourage tandis que l’orange symbolise le bouddhisme,  largement majoritaire dans le pays. Enfin, « Druk », le dragon de la foudre est placé au milieu des deux couleurs afin de rappeler que les ordres civiques et religieux sont d’égale importance dans le pays. Sa couleur blanche, symbole de paix, et les quatre joyaux de ses pattes signifiant la sécurité au sein du pays, prouvent qu’il est un gentil dragon, donnant une réelle âme à ce drapeau.

Iyad Fakhoury

Posté par montaignemedia à 15:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 mai 2019

LA GÉOGRAPHIE DES DRAPEAUX

5) MACEDOINE

Depuis la fin de la Yougoslavie, beaucoup de pays ont obtenu leur indépendance. La Macédoine en fait partie. Le vrai nom de ce pays est « Macédoine du nord ». Non pas qu’il existe une Macédoine du sud, comme c’est le cas avec la Corée, mais ceci est dû au fait que la Macédoine est avant tout une sorte de région s’étendant sur plusieurs pays, notamment la Grèce et la Bulgarie. Cette appellation est donc là pour éviter toute confusion entre cet état et la région. Le pays est composé à 80% de paysages montagneux mais il ne possède aucun accès maritime du fait de ses nombreuses frontières qui l’enclavent entièrement. Mais ceci est compensé par la cinquantaine de lacs. Le plus connu étant celui d’Ohrid, réputé pour être l’un des plus vieux d’Europe et qui abrite près de 200 espèces différentes, notamment la truite d’Ohrid, peuplant uniquement ce lac. Le pays se distingue aussi par ses nombreux styles architecturaux. Il est possible de visiter différents sites préhistoriques ou datant de l’Antiquité. Certaines villes du pays, telles que Tetovo, possèdent des monuments de l’époque de l’empire Ottoman comme des mosquées ou des tekke (sortes de couvents). Mais l’actuelle capitale Skopje reconstruite à la suite d’un tremblement de terre en 1963, est très moderne et est un exemple d’urbanisation totale.

n2n74LpcY8MWcNPXL0OxVLhb18_SjNQFQ3-We_7rYqBBUKKEp6bKEI6LG9bXCVQjppjiFA=s170

Ce drapeau fut adopté 3 ans après l’indépendance, à la suite d’un premier assez similaire mais qui arborait le soleil de Vergina, symbole grec. La Grèce, déjà en conflit avec son nouveau voisin, protesta afin que le drapeau soit changé. Ainsi naquit le drapeau actuel, très révolutionnaire. Le motif dans son intégralité fait directement référence à l’hymne national de la Macédoine, « le soleil de la liberté ». Mais il n’a aucune autre signification. Le drapeau se veut très « politiquement correct » afin d’éviter au pays qu’il représente tout conflit supplémentaire avec ses voisins. Ce drapeau est très original, le jaune et le rouge s’allient très bien mais il n’a pas vraiment d’âme et aucune symbolique patriotique. Il est en quelque sorte un drapeau de remplacement, ne servant juste à sa fonction première, c’est-à-dire représenter un pays, sans tenter de faire passer un message ou de raconter une histoire.

Iyad Fakhoury

Posté par montaignemedia à 14:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 mai 2019

NOUVELLE

Il avait froid terriblement froid,

Trempé jusqu'aux os.

Il venait de quitter son bateau mais c'était comme s' il n'avait pas quitté la mer , trempé dans son manteau gorgé de pluie. Il était mort de froid.

Un froid qui le brûlait.

Le frottement de ses vêtements rêches collés à sa peau lui faisait serrer les dents.

Le vent frais lui ôtait toutes forces, le gelait.

Mais le pire c'était de sentir une goutte tomber dans sa nuque  qu'il essayait de protéger en rabattant son col contre ses oreilles. Il avait froid.

Il voyait trouble.

Il ne sentait plus ses mains, il ne sentait plus son corps.

Il ne sentait plus qu' une immense fatigue, cet immense froid glacial et la vague impression d'être une feuille morte giflée, baladée et meurtrie par le vent. Sa seule source de chaleur était son propre souffle, un grand nuage de buée tiède qui s'échappait de sa bouche, plaquée sur son visage, rougissant ses joues puis vite remplacée par la morsure du froid et des gouttes de pluie glaciales. Ce n'était plus un homme.

Il aurait aimé fermer les yeux et se laisser crever dans ce froid.

Ne lui restait plus que sa résolution pour ne pas abandonner.

Un objectif. Son objectif.

Ça lui paraissait si lointain. Sa main s'écroula lourdement sur la porte en bois.

Un grand silence s'installa.

Il frappa plus fort.

La porte s'ouvrit.

Il s'écroula. Paupières mi closes , il sentit la chaleur de l'âtre avant de le voir.

Elle lui dévora le visage, lui redonna vie , lentement.

La lassitude l'écrasa alors

Il se sentait partir.

Il remarqua vaguement son corps se réchauffer. Il avait si froid encore.

Pas le même froid qu'avant.

Un froid vicieux qui lui remontait des entrailles,  lui faisait claquer des dents. Sa tête lui sembla aussi lourde qu'une ancre.

Il tomba à la renverse sans jamais atteindre le sol.

Il s'était endormi.

Inès DUFOSSE

Posté par montaignemedia à 12:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 mai 2019

« Blue Moon », le projet de Jeff Bezos pour aller sur la Lune

L’homme le plus riche du monde a dévoilé ce grand atterrisseur de 15 tonnes qui devrait, selon lui, se poser sur la Lune en 2024.

6a2c67c_CK56_SPACE-EXPLORATION-BEZOS_0509_11

L’homme le plus riche du monde, Jeff Bezos, patron d’Amazon et de la société spatiale Blue Origin, a annoncé jeudi 9 mai 2019 à Washington un projet d’alunisseur qu’il veut utiliser pour transporter des équipements et peut-être des humains au pôle sud de la Lune d’ici 2024.

« Voici Blue Moon », a-t-il déclaré lors d’une présentation à la presse. Les rideaux ont dévoilé une maquette de grand atterrisseur de plusieurs tonnes, capable de transporter quatre rovers (véhicules autonomes).

« C’est un véhicule incroyable, et il ira sur la Lune » a déclaré Jeff Bezos. L’alunisseur est mis au point depuis trois ans, a-t-il dit. Il pourra emmener des instruments scientifiques, mais aussi un rover pour humains, selon lui. Le but est d’alunir au pôle sud de la Lune, où se trouve de l’eau. L’eau peut être exploitée pour produire de l’hydrogène, qui servirait ensuite de carburant pour explorer le système solaire. Il n’a pas donné de date pour le premier lancement de cet alunisseur, mais il a approuvé l’objectif du gouvernement de Donald Trump de renvoyer des humains sur la Lune d’ici 2024, et a déclaré que son alunisseur serait prêt pour cette mission.« Nous pouvons aider à tenir ce délai, mais seulement parce que nous avons commencé il y a trois ans », a déclaré Jeff Bezos. « Il est temps de retourner sur la Lune, mais cette fois pour y rester ».

Source : https://www.lemonde.fr/sciences/article/2019/05/10/blue-moon-le-projet-de-jeff-bezos-pour-aller-sur-la-lune_5460629_1650684.html

http://www.leparisien.fr/societe/amazon-veut-aller-sur-la-lune-d-ici-2024-grace-a-blue-moon-09-05-2019-8069079.php

Source photo :  CLODAGH KILCOYNE / REUTERS


Ousmane AIDARA 

 

 

Posté par montaignemedia à 11:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

LE BILLET D'HUMEUR

« Est-ce que t’es chinoise ? »
Sans mentir, cette phrase me met hors de moi. Je suis franco-vietnamienne et depuis mon plus jeune âge c’est une phrase que j’entends constamment quand je rencontre des gens. Au début, je souriais en répondant que je n’avais rien à voir avec la Chine, mais au fur et à mesure des années cette question m’a de plus en plus énervée. Pourquoi forcément chinoise ?? Oui, je suis typée, mais pourquoi ne pas me demander si je suis coréenne, cambodgienne ou thaïlandaise ? D’accord, ça reste des essais hasardeux et stupides pour deviner les origines de quelqu’un, mais les gens font un raccourci insultant entre « asiatiques » et « chinois ». Bon dieu, il existe d’autres pays en Asie que la Chine ! Pour vous qui lisez cet article, c’est un coup de gueule qui est sûrement compliqué à comprendre étant donné que c’est souvent juste une question posée sans méchanceté. Mais voilà, quand ça fait 15 ans qu’on entend la MÊME PHRASE comme si toute la France s’était mise d’accord pour vexer les asiatiques non-chinois, on peut comprendre mon énervement. « Mais c’est un fait : la majorité des franco-asiatiques sont chinois. Pas la peine d’en faire tout un plat ! » me dit on souvent. D’accord, admettons. Mais si on suit votre logique, pourquoi ne pas demander à chaque personne noire dans la rue « Salut, est-ce que t’es Nigérien ?? » ; on est d’accord que ce serait étrange et pas super poli...
Et puis sérieusement, vous vous attendez à quoi en demandant à quelqu’un aux yeux bridés s' il est chinois ? Un million d’euros et la vie éternelle ? Je ne crois pas, non. Alors voilà, conseil d’asiatique franco-vietnamienne : Ne tentez pas le diable. Si les origines de quelqu’un vous intéresse, juste demandez-les lui. Il sera probablement ravi de vous répondre et d’exposer son métissage, et ce sera toujours mieux que de s’essayer mauvais généticien. Croyez-moi.  

Théa Delerme

Posté par montaignemedia à 11:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


12 mai 2019

LA GÉOGRAPHIE DES DRAPEAUX

6) OUGANDA

L’Ouganda, pays d’Afrique de l’est est devenu indépendant du Royaume Uni en 1962. Malgré sa petite superficie, la république est frontalière avec 5 pays et possède un accès non négligeable au lac Victoria, grâce auquel le pays reste frais une grande partie de l’année (moyenne de 20° sur le sud du pays). De plus, sont répertoriés une soixantaine de sites protégés en Ouganda, comme la forêt impénétrable de Bwidi, inscrite au patrimoine de l’UNESCO, dans laquelle résident la majorité des gorilles des montagnes, espèce en voie d’extinction. L’Ouganda est majoritairement rural, ce qui fait que 80% de la population vit de l’agriculture. Ainsi, le pays est devenu l’un des plus grands exportateurs de café au monde devançant même certains pays d’Amérique. Mais cela n’empêche pas l’Ouganda de posséder une capitale développée : Kampala, cette même ville possédant des moyens de transports assez particuliers, les boda-boda. Ces larges motos sur lesquelles 3 à 4 personnes peuvent prendre place servent de taxis à la population. 

99j5hE2U7EhK1BjMV7Gl9jBNeAJRvh_A24m_duJlMP0Fa7mC_ig24uhQspEKJqNwk0trMA=s128

Ce magnifique drapeau possède une âme très forte. Certains peuvent trouver qu’il a un aspect de dictature, surtout après celle d’Amin Dada, peu après l’indépendance, suite à un coup d’état en 1971. Cette dernière marquera profondément le pays, car elle aura causé une crise financière importante et sera l’origine de la guerre Ougando-Tanzanienne. Mais avec ce drapeau, l’Ouganda met en valeur son emblème national : la grue se tenant droite face au mât. Les 2 bandes jaunes symbolisent le soleil, les 2 bandes noires, le peuple, tandis que les rouges représentent la fraternité entre les hommes en rappelant que notre sang a la même couleur qui que l’on soit.

Iyad Fakhoury

Posté par montaignemedia à 16:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 mai 2019

Accident d’avion mortel en Russie

 

#1

C’est le dimanche 5 mai dernier à 18h02 heure locale, que le vol de la compagnie aérienne nationale russe Aeroflot SU1492, décolle de la piste 24R de l’aéroport de Moscou Sheremetyevo (SVO) à destination de Mourmansk (MMK) à environ 1500 kilomètres au Nord de Moscou. C'est à 10 550 pieds d'altitude à 18h09 que le Sukhoi Superjet 100 tente d'effectuer un demi-tour pour revenir à Sheremetyevo ; les pilotes à bord de l’appareil remplacent le code du transpondeur actuel par 7600 afin de déclarer une défaillance au niveau de la radio, à 18h11. Après avoir fait un grand tour dans le but de réduire son altitude, à 18h25 le code transpondeur de l’appareil est changé par 7700 (afin de signaler une urgence) quatre minutes avant que l'avion se pose en urgence sur la piste 24L. Le Superjet 100 a rebondi sur la piste à deux reprises faisant effondrer le train d’atterrissage avant de laisser place à un incendie engloutissant rapidement les ailes, le fuselage arrière et l’empennage de l’appareil. La plupart des passagers à bord a immédiatement été évacuée de l’avion. Après l’atterrissage, les pompiers sont arrivés sur le lieu de l'accident en à peine 2 minutes ; ils ont eu besoin de près de 45 minutes pour éteindre l’incendie qui a laissé place à un fuselage complètement détruit au niveau de l’empennage.

#2

L’appareil endommagé – un Superjet 100 du constructeur Sukhoi, constructeur russe principalement spécialisé dans les avions militaires – immatriculé RA-89098, est un avion assez récent livré à Aeroflot en septembre 2017. Il avait reçu sa dernière maintenance début avril et avait effectué ses trois autres vols de la journée sans problème.

D’après le comité d’enquête russe, 37 personnes ont survécu à l’accident parmi les 73 passagers et cinq membres d’équipage. 42 personnes sont décédées dont 41 russes et 1 américain tandis que 10 personnes sont hospitalisées dans un état stable. Pendant l’évacuation, des passagers auraient été vus en train de prendre leurs valises et sacs avec eux sur les tobogans retardant ainsi l’évacuation des autres passagers et augmentant le nombre de victimes. Une hôtesse a d’ailleurs déclaré « avoir dû tirer des passagers par le col pour accélérer leur sortie de la cabine ».

#3

De nombreux experts se sont questionnés sur les raisons qui ont poussé les pilotes de l’appareil à faire demi-tour. D’après les passagers qui ont survécu, des éclairs auraient frappé le fuselage de l’avion après le décollage provoquant ainsi une perte de communication entre l’aéronef et les contrôleurs aériens. Cependant, les avions modernes sont conçus pour résister à la foudre, phénomène courant dans les airs. Certains experts disent que « le décollage en direction d’un orage », le fait qu’il restait beaucoup de carburant dans l’avion avant d’atterrir (n’ayant pas consommé suffisamment de carburant pendant son court vol), la vitesse trop rapide à l’approche et le fait que les moteurs n’ont pas été éteint immédiatement une fois l’avion en feu auraient étaient des facteurs importants de la propagation de cet incendie. Les boites noires retrouvées et l’enquête commencée, les résultats préliminaires seront annoncés la semaine prochaine par le MAK, ou IAC en français (« Comité intergouvernemental d'aviation »).

 Cette vidéo impressionnante filmée par un voyageur qui a pu évacuer l’appareil attend nous montre bien l’incendie et les pompiers arrivant peu à peu sur les lieux du crash : 


https://www.youtube.com/watch?v=NP7q4CxML9M

 

Affaire à suivre.

 Source : Air Journal, Flightradar24, Wikipédia

Source photo #1 : Twitter / lievuamap

Source photo #2 :Flightradar24

Source photo #3 :Moscow News

Yann Arnould

Posté par montaignemedia à 11:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le drame du 1er mai 2019.

Le 1er mai devait être la fête du travail comme chaque année, depuis plus d’un siècle. 

téléchargement

Ce mercredi, le départ de la manifestation se déroulait au boulevard du Montparnasse. Avec son lot de policiers et les syndicats dont la C.G.T, et son leader, Philippe Martinez. Traditionnellement, cette journée est l’occasion pour les syndicats de faire une démonstration de force. 

 Cette année, les gilets jaunes se sont invités à la grande messe de la manifestation syndicale, afin de faire nombre, alors qu’ils sont de moins en moins chaque samedi.. Dès le carrefour avec le boulevard St Michel, des escouades de C.R.S sont intervenues, cela  a été retransmis dans les journaux télévisés.

téléchargement (1)

Ensuite, des groupes de Black Blocks, camouflés et violents, sont passés à l’attaque contre la police et ont commencé à piller des magasins.  Les C.R.S se sont hâtés vers eux, au milieu de la foule de passants et des Gilets Jaunes ainsi que des syndicalistes : des bombes lacrymogènes ont été lancées. La violence s’est déchaînée des deux côtés : un canon à eau de la police face à des jets de pierre et de pavés et de cocktails Molotov. Une trentaine de personnes ont été placées en garde à vue, après une intrusion dans l’hôpital de la Pitié Salpêtrière. en marge du défilé .

téléchargement (2)

Dépassé par les gilets jaunes et les Black Blocks, le secrétaire général de la C.G.T, Philippe Martinez, a été exfiltré de la manifestation - ce qui ne s’était jamais vu. En tout, elle aurait  réuni 40 000 personnes,  selon Le Monde. Les manifestants interpellés après être entrés dans l’hôpital, ont dénoncé les « ultra-violences policières », lors d’une conférence de presse le lendemain. 

 Les grands perdants de cette journée ont été les syndicats, débordés, ainsi que la police, accusée de violences disproportionnées. 

Source : Le Monde 

Source photos : Zakaria Abdelkafi/ AFP ; Taranis News ; LP/Olivier Corsan

 Ianis Kepel

 

Posté par montaignemedia à 11:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

LA GÉOGRAPHIE DES DRAPEAUX

7) KIRIBATI

Le premier pays d’Océanie abordé dans cette rubrique est le Kiribati. Situé au nord du continent, l’archipel possède une certaine proximité avec les autres pays océaniens tels que les Marshalls, les Salomons ou le Tuvalu. Le Kiribati n’est pas grand en soit (811 km2 de terres) mais s’étend de telle manière avec sa zone maritime que le pays possède 3 fuseaux horaires, délimitant en quelque sorte les 3 grands ensembles d’îles qui le composent. Historiquement un territoire anglais, le Kiribati passera sous occupation japonaise pendant la 2nde guerre mondiale avant d’être l’un des premiers territoires d’Océanie indépendant, en 1979. 33 îles, pour la plupart des atolls, appartiennent au Kiribati mais beaucoup dépassent à peine le niveau de la mer, amenant donc la principale cause d’inquiétude de ce pays qui, bien que pauvre, voit sa population heureuse. En effet, la montée des eaux due au réchauffement climatique semble condamner le Kiribati à vivre une catastrophe pouvant provoquer la disparition d’une partie du pays et la migration de ses habitants. C’est malheureusement l’un des états qui sera le plus rapidement touché par le réchauffement climatique. Mais tout n’est pas catastrophique pour autant au Kiribati. Les habitants nommés les Gilbertains en référence à l’ancien nom de l’archipel sous l’empire colonial (les îles Gilbert) parlent l’anglais en plus de certaines langues traditionnelles. Sur le plan sportif, le Kiribati n’a rien à envier quant à sa représentation aux Jeux Olympiques, principalement grâce à ses haltérophiles, toujours présents depuis 2004. Une activité appréciée qui n’est pas vraiment considérée comme un sport est la pratique de pirogues à balanciers, réputées pour leur rapidité. Aussi sont cultivés les arbres à pain, sortes de châtaigniers, exclusifs à l’Océanie.

Quant au drapeau, nous serons nombreux à le trouver beau et ce à juste titre :

kgPlBksD9t03ZXw5ri9JzkDWIFG37PcOLX_VdCZTNBZ027mZNiKdvuMX76qX3sv6t4bZ3oM=s128

 Adopté dès l’indépendance de l’archipel, en 1979, ce drapeau est une réelle référence, considéré comme LE drapeau joli par excellence. Il est vrai qu’à titre personnel je le trouve assez attractif et coloré, changeant donc des drapeaux tristes et presque monochromes de pays tels que le Soudan ou la Guinée, mais il n’est pas mon préféré. Pourtant ce paysage bien simple possède une signification.

La mer représente l’immensité de la surface maritime au-dessus de laquelle vole la frégate, symbole de pouvoir et de liberté. Enfin, il n’a jamais été précisé si le soleil aux 17 branches représentant les 17 îles habitées du pays était levant ou couchant,laissant notre imaginaire décider. Personnellement, j’aperçois plutôt un lever de soleil. Et vous ?

J’aime bien lorsqu’un élément, plus particulièrement un animal, est réellement mis en valeur dans un drapeau comme c’est le cas ici avec la frégate, très chère aux Gilbertains bien qu’elle ne soit pas le symbole national. Mais nous verrons dès le prochain article que cette frégate n’est pas le seul oiseau star dans le monde des drapeaux…

Iyad Fakhour

 

Posté par montaignemedia à 10:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 mai 2019

Notre-Dame de Paris en flamme (2)

Suite du dossier sur Notre-Dame de Paris...

A la suite de l'incendie de Notre-Dame de Paris, les élèves de la Classe Médias ont retracé son histoire, ont réagi et ont souhaité de façons différentes montrer l'importance de cet incident et la réaction des hommes et des femmes politiques et de la presse dans son ensemble.

A vous de lire...

 

Son histoire...


Notre Dame qui brille de mille feu, une histoire qui part en flamme...

La cathédrale de Notre Dame a été victime d'un sinistre incendie qui a eu pour conséquences l'effondrement des deux tours et du toit de celle-ci puis aussi des œuvres d'arts qu'elles contenait à l'intérieur.

Notre Dame de Paris est une cathédrale mais elle est avant tout «la maison de Dieu et la Demeure des hommes». Cette cathédrale qui naît en 1160, a une place importante dans notre histoire, elle est aussi la cathédrale la plus visitée de France puis aussi l'un des sites touristiques le plus visité.

Qu'en ait-il de son historique ?
Pour répondre à cette question, il faudra tout d'abord aborder dans un premier temps son histoire, puis dans un deuxième temps, sa
construction et dans un tiers temps sa fonction religieuse.

La naissance de la cathédrale de Notre-Dame de Paris date de 1160, lorsque Maurice de Sully fut élu évêque de Paris le 12 octobre 1160. À cette époque Paris, une ville en forte croissance démographique, et de dynamisme économique, décide d'affirmer son importance au sein du royaume de France, cette ville avait plusieurs rôles dans ce royaume comme: capitale politique, notamment pour Philippe 1er (1060-1180), Louis VI le Gros (1108-1137) et Louis VII le Jeune (1137-1180), des rois capétiens; «Un haut-lieu de formation intellectuelle» un endroit économique due au développement sur la rive droite de la Seine d'une ville marchande et artisane concernant le marché.

Maurice de Sully après son élection propose une «réponse pastorale, théologique et spirituelle» concernant la profonde transformation de son diocèse en reconstruisant une église (cathédrale) en l'honneur de la Vierge Marie, c'est-à dire Notre Dame, ce plan se trouve en plein milieu d'un «gigantesque chantier urbain», il y a eu, par exemple: la destruction de Saint-Etienne (l'ancien) et l'édification de Notre Dame; l'aménagement d'un lieu de catéchèse. La pose de la première pierre de Notre Dame de Paris en présence du pape Alexandre II fut 1163.

La cathédrale de Notre Dame de Paris s'inscrit dans le nouvel art qu'on appellera gothique. Les principaux maîtres d'oeuvres sont connus: Jean de Chelles, Pierre de Montreuil, Pierre de Chelles, Jean Ravy, Jean le Bouteiller. Cette cathédrale a surmonté plusieurs épreuves comme les bombardements civiles à Paris lors des guerres mondiales. Elle a survécu 855 ans mais due au terrible sinistre du 15 avril 2019 n'aura pas la chance d'atteindre 856 ans le 12 octobre.

Au cours du Xème au XVème siècle, la population Européenne va fortement augmenter, elle va doubler. Pour cette raison les villes sont devenues de plus en plus grandes et de même pour les églises qui ne sont donc plus suffisantes pour accueillir tous les fidèles. Quant à la France, au Moyen-Age, elle va charrier plus de pierre pour bâtir ces cathédrales que toute l’Égypte Antique pour édifier ses Pyramides. Cependant, environ 80 cathédrales vont s’élever sur le sol Français. Parmi ses cathédrales, Notre-Dame de Paris dont nous allons nous y intéresser.

La construction de cette dernière prit 182 ans au total. Cela est dû à cause de son ampleur, car l’église est de 130 mètres de longueur et de 48 mètres de largeur avec une superficie de 5,500 mètres carré. Elle contient: un grand vaisseau, 5 nefs, 3 grandes rosaces dont une qui surmonte un triple portail, une flèche, plusieurs cloches, etc… Premièrement, de 1163 à 1182 fut la construction des deux déambulatoires et du chœur par le 1er maître d’œuvre. Cependant, de 1182 à 1190, le 2ème maître d’œuvre fit construire les 3 dernières travées de la nef, les bas-côtés et les tribunes. De plus, de 1190 à 1225, il y a eu reconstruction de la façade et édification des deux premières travées de la nef par le 3ème maître d’œuvre.

Enfin, de 1225 à 1250, il y a eu création de la galerie haute, et des 2 tours sur le façade, puis les grandes fenêtres ont été modifié puis agrandit finir il y a eu aménagement des chapelles latérales. Tout cela a été mis en place par le 4ème maître d’œuvre.

La construction de cette cathédrale pris 1 siècle et demi, faute de matières premières dû aux carrières de surface qui ne produisent plus de pierres. Cependant les bâtisseurs de Notre Dame de Paris se sont retrouvés devant une situation dans laquelle il fallu creuser des carrières sous la capitale, Paris pour pouvoir l'édifier correctement.

Dans un premier temps, ces derniers récupéraient des pierres de tailles provenant des anciennes carrières situées dans le 5éme arrondissement pour le cœur de la cathédrale et dans un deuxième temps pour la construction de la nef ils récupéraient des pierres dans le 12ème arrondissement, plus précisément à Charenton. Cependant, on accueillait les fidèles dès que le cœur fut construit. Notamment plusieurs cratères ont été utilisé pour bâtir cette église. Parmi elles les calcaires du Lutétien qui est caractéristique de l’architecture de toute la région parisienne, qui date de 40 à 46 millions d’années, les calcaires tendres utilisés pour l’intérieur des murs et pour l’architecture abritées comme les voûtes et les coquilliers durs utilisé pour les pierres exposés à l’extérieur. Cependant la théologie et la science font bon ménage dans ce nouvel œuvre de France, l’art nouveau qui est l’art gothique. Dans l’art gothique, les piliers soutiennent les voûtes en arc brisé et canalisé vers les piliers grâce au croisé d’ogive. Pour construire plus haut, les piliers sont construits de l’extérieur sur des arcs boutants. Comme la plupart des cathédrales françaises, Notre Dame de Paris a un plan en forme de croix latine. Ainsi la cathédrale peut contenir jusqu’à 9000 personnes dont 1500 dans les tribunes. Néanmoins, plusieurs savoir faire ont été acquis lors de la construction des différents cathédrales françaises. Par exemple, pour ne pas gaspiller les pierres et pour faciliter le travail tant de ceux qui dessinaient et découpaient la pierre que de ceux qui les utilisaient pour la tailler, on utiliser la mole qui est une sorte de gabarit en bois ou en métal. Ainsi, la cage d’écureuil qui est connu de démultiplier les forces, permettait de soulever entre 550 à 600 kilogramme de charge de bois et de pierre. Cette dernière se met en marche à l’aide d’un ou des hommes qui se déplacent à l’intérieur de celle-ci. A cette époque, il existait des échafaudages à bascule qui était fixé dans les murs.

En conséquent, on peut remarquer sur certaines cathédrales les traces de ses dernières. En ce qui concerne les trois immenses trésors de Notre Dame de Paris, les rosaces, elles ont été construites au XIIIème siècle et sont de véritables prouesses techniques et artistiques. L’architecte de ses rosaces avait peu d’outil dans sa trousse: un compas, une règle et une canne de référence pour mesurer. Malgré ses simples outils, il vint à faire que les deux plus grandes fassent 13 mètre de diamètre. Ses rosaces représentent les fleurs du Paradis, elles sont semblables à des roses aux pétales de verre multicolore. D’une part ses rosaces ont une valeur esthétique mais pas seulement car elles ont une valeur spirituelle qui décrit que chaque homme est unique mais les enfants de Dieu sont encore plus beaux quand ils se réunissent. Ainsi, chaque médaillon représente un personnage, par exemples: les prophètes, les Saints et leurs vies, les Anges, etc… Pour parvenir à colorer les pétales de la rosace, auparavant on chauffer à 1500° un mélange de sable, de cendre de fougère et de pigment pour obtenir un vert pigmenté. A l’aide de longue canne le verre est soufflé. Une fois refroidit les cylindres sont coupées au fer rouge et passé une nouvelle fois au four. Par la suite le verrier découpe chaque morceau de verre selon un modèle puis il les assemble à l’aide de petites tiges de plomb. Enfin, les traits et les détails des personnages sont soulignées et coloriées à l’aide des poudres et des techniques longtemps rester secrètes. Cependant la valeur d’une rosace vaut la moitié du prix d’une cathédrale. Pour financer une cathédrale ont utilisé une partie de la dîme et des dons. Les personnes qui agissait ainsi sont parfois représenté sur les rosaces. Dans certaines églises, parfois les bâtisseurs de ces dernières donner une grosse part de leurs revenues personnels.

En ce qui concerne les cloches de Notre Dame de Paris, en 1769 elle en comportait 8 dans la tour du nord et 7 dans la flèche. Entre 1791 et 1792, les 8 cloches ainsi que le bourdon Marie, ont été fondues pour fabriquer les canons dont a besoin l’armée révolutionnaire. Actuellement il y a eu en tout 4 cloches dans la tour nord qui assurent les heures de la sonnerie quotidiennes et des offices de la cathédrale. De même dans la tour sud se trouve la plus grosse cloche de Notre Dame, on l’appelle de “Bourdon”. La fonction de cette cloche est de sonner pour les grandes fêtes comme Noël, Pâques,... et lors de grands événements. Autrefois, les cloches servaient de connaître l’heure; actuellement tout le monde a des montres mais malgré tout, elles continuent de sonner pour montrer que la cathédrale est un lieu de vie. Par leurs sonneries, les cloches rythment la vie des fidèles en leurs rappelant les heures de prière. Les premières cloches furent créer par les Chinois il y a environ 4000 ans. Au Moyen-Age, les cloches furent créés à l’aide de moule qui définissait la forme de la cloche et son ampleur. Cependant les cloches de Notre Dame pèsent entre 2000 et 3000 kilogramme chacune.


Encore debout depuis 856 ans et en étant la plus grande église de Paris, la Cathédrale de Notre-Dame de Paris édifiée en 1345 au temps de Louis VII, a été utilisé, bien avant la fin de sa réalisation, comme un lieu de célébration de grands événements nationaux religieux ou politiques. La cathédrale est aussi, et avant tout, un centre religieux où se trouve la Couronne d’épines attribuée au Christ, une relique chrétienne rapportée par le roi Saint Louis, mais elle est surtout un lieu où les fidèles peuvent prier et se confesser auprès de Dieu. Celle-ci est l'une des cinq basiliques mineures de Paris qui dépend de l'achidiocèse de Paris, la principale diocèse d'un archevêque métropolitain de l'Eglise catholique en France. Cet édifice, dédié et consacré uniquement à la Vierge Marie, a été inspiré par les "nouvelles" églises gothiques, elle invite la paix et la prière; tel est son rôle en tant que cathédrale. Elle a été construite pour que les hommes viennent y rencontrer Dieu lors des célébrations ou lors de la prière personnelle, c'est ainsi qu'elle est aussi vu comme une église. Plusieurs messes y sont, d'ailleurs, célébrées chaque jour mais plus particulièrement le dimanche, Jour du Seigneur, où des milliers de fidèles venant du monde entier s'y rassemblent, c'est pour cela qu'elle est considérée comme l'église-mère. Aujourd'hui, et en ce lieu de culte, on peut y célébrer cinq offices quotidiens, du lundi au samedi et puis sept offices le dimanche mais en plus des fêtes et services religieux, environ, 2 000 célébrations par an sont organisées dans la cathédrale. On y conserve des objets destinés à la liturgie de l'Eglise catholique comme des vases sacrés, des ornements et livres liturgiques constitués d'ensemble de rites, de cérémonies, et de prières dédiées à la religion chrétienne et qui servent à la célébration de la Messe ou autres offices. Beaucoup d'objets saints, et qui ont été en contact avec le Christ, y sont conservés dans la cathédrale en tant qu'objets précieux et sacré du culte religieux, sont utilisés dans la célébration de la messe, comme aiguière et bassin...On y trouve d'ailleurs des livres anciens et enluminés, qui sont entretenues avec grand soin dans la cathédrale à l'abri de la lumière. Notre-Dame possède de nombreuses reliques sacrées mais surtout elle protège les Très Saintes Reliques de la Passion du Christ, constituées d'un fragment de bois de la Croix, qui a été conservé à Rome et ramené à Notre-Dame de Paris par Sainte Hélène, la mère de l'empereur Constantin, d'un clou de la Passion et, bien sûr, de la Sainte Couronne d'épines, puis il y a des reliquaires en forme de croix, de médaillons, de statuettes, de bustes etc...., et qui renferment les restes de saints que l'Eglise honore de façon particulière et autres reliques.

La cathédrale a été principalement créée par l'évêque Maurice de Sully qui est dédiée entièrement à Marie, la Mère de Dieu, qu'il a appelé "Notre-Dame" en référence à la mère de Jésus-Christ qui a été construite sur une ancienne église. Notre-Dame permet aussi aux fidèles de s'associer au sacrifice de la messe par une intention particulière confiée au célébrant, le prêtre qui célébre la messe, pour un baptème, un défunt, un malade, des jeunes mariées, des noces d'or etc..., et qui est faite à un moment précis avec des possibilités de faire des offrandes, en nature ou en espèces. L'église cathédrale évoque le temple spirituel où se trouve la cathèdre, siège de l'évêque qui est un signe du magistère, donc de "l'autorité absolue", du pouvoir du pasteur de l'Eglise et de l'unité des croyants dans la foi; c'est ainsi qu'aux jours les plus solennels, l'évêque préside la liturgie.

Assurément la Cathédrale de Notre-Dame de Paris est une cathédrale d'Art et d'Histoire, un lieu de chrétienneté mais aussi l'un des monuments les plus visités avec, environ, 13 millions de visiteurs venus du monde entier pour la découvrir. Elle fait partie des chefs d'oeuvres de l'architectre gothique qui a inspiré des artistes et des auteurs à plusieurs reprises et au fil des générations. Elle est plus qu'un monument historique, c'est aussi la "Maison de Dieu et la Demeure des hommes" car ce monument ne peut qu'être vivant que part la foi et la prière des fidèles. Celle-ci est chargée d'expérience historique et chrétienne en allant parcouru des années paisibles et mouvementées tout en étant le témoin de la vie du Peuple de Dieu et de sa charité. Seules ses pierres vivantes, constituées par les croyants, lui donne sa véritable existence. Mais le quotidien de Notre-dame a basculé depuis ce fameux incendie du 15 avril 2019 qui a pu gravement l'endommager et même l'avoir en partie détruit.

Ce fut un choc pour nous tous, athées comme chrétiens, espagnoles comme français, tous êtres sur cette Terre a pu être touché par ce terrible incendie. Ce fameux monument, qui a pu tenir autant de temps et qui représente pour nous un souvenir historique, vient de partir dans les flammes et sans que l'on puisse intervenir. Aujourd'hui, Paris pleure, mais elle renaîtra de ces cendres grâce aux dons de plus d'1 milliard d'euros. Un mystère demeure : que savons-nous vraiment sur cet incendie? 


Auteurs : Samira Eldahma, Jessica Arulanandam, Malak Abdel Rahman.


Sources : Wikepedia, Site officiel de Notre Dame, reportage sur les bâtisseurs des cathédrales, lartnouveau.com

Sources photos :
photo n°1 :https://images.app.goo.gl/9EjtnxcQCXEJ9VsM7
photo n°2 : https://statics.lesinrocks.com/content/thumbs/uploads/2019/04/width-1125-height-612/000_par8006855.jpg

Les réactions...

La plupart d’entre nous ont été touchés par la l’incendie de Notre Dame. Effectivement ce monument datant de plus de 800 ans à l’histoire très impressionnante est un des lieux emblématiques de notre capitale.

Au XIIIe siècle, des hommes ont construit sa charpente, aussi surnommée « la forêt », avec de grands chênes.
De grands écrivains comme Victor Hugo avec le bossu de Notre-Dame ont écrit sur la cathédrale; leurs récits sont indissociables du monument.

Nous avons vu partir en fumée une partie de cette histoire lors de l’incendie. Voir le cœur de Paris en flamme était bouleversant.
Pendant toutes ces années, rien n’avait touché la cathédrale autant que l’évènement du 15 avril 2019. Peu importe que l’on soit croyant ou athée, l’incendie de Notre-Dame, joyau du patrimoine mondial de l’humanité, nous procure une très grande tristesse.

Caroline Chantalat, Noa Benharous, Adèle Barton.

 

Le monde s'émeut...

Le monde politique réagit...

Que ce soit en France ou à l’internationale, la plupart des personnalités semblent s’être rangée sous la bannière de l’émotion et de la tristesse à la suite de l’évènement tragique de la soirée du 15 avril où la cathédrale bien connue de Paris a pris feu. On voit sur twitter des messages de soutien des Etats unis, avec le président Donald Trump et sa femme, « le cœur brisé pour les parisiens », mais aussi son prédécesseur, Barack Obama, qui qualifie Notre-Dame comme « l’un des grands trésors du monde », de Grande Bretagne, avec la première ministre Theresa May qui adresse ses « pensées aux français » et Sadiq Khan le maire de Londres, « dans la tristesse avec Paris », et d’Italie avec le président du conseil Giuseppe Conte.

En France, les représentants des différents partis ainsi que le président Macron et ses prédécesseurs semblent s’accorder sur l’immense tristesse causée par l’évènement qualifié de « terrible », « sidérant ». « Parisiens et français pleurent cet emblème de notre Histoire commune » déplore La maire de Paris Mme Hidalgo. L’évènement qui génère l’«émotion de toute une nation », déclare le président français.

Sosthène Crozon

Les réactions se multiplient...

Alors qu'un terrible incendie ravageait la cathédrale Notre-Dame de Paris lundi 15 avril, de nombreuses personnes connues ont montré a travers différents réseaux sociaux leur tristesse. En effet, dans le monde du sport, et notamment du football, le club et les joueurs du Paris Saint-Germain, particulièrement concernés, ont rapidement partagé leur tristesse sur le réseau social Twitter : « Images terribles de la Cathédrale Notre-Dame de Paris, l’un des plus beaux monuments de notre ville, en proie aux flammes. Courage à toutes les personnes mobilisées pour éteindre cet incendie. » Ce tweet a été publié par le club du Paris Saint Germain. En revanche d’autres joueurs comme Kylian Mbappé ont quant à eux publié une photo dramatique de l'incendie du monument parisien, accompagné d'un emoji en pleurs et d'un drapeau français. 
De son côté, son coéquipier Neymar a partagé un dessin du personnage Quasimodo, à la sauce Disney, tenant dans ses bras la cathédrale Notre-Dame. "Prières pour la France", a écrit la star brésilienne. Un message touchant accompagné lui aussi de smileys en pleurs.
D’autres personnalités ont aussi tenu à publier quelques mots face à cette perte d'un symbole de la France, sur les réseaux sociaux. C'est le cas de Sylvie Vartan, qui a écrit : "Tragique de voir ces flammes ravager Notre-Dame" sur le réseaux social Instagram. De plus, Le journaliste Hugo Clément a également publié une photo, avec la légende suivante : "Je ne suis pas croyant mais je prie pour Notre-Dame."
Omar Sy a publié quelques photos de l'incendie, tout comme Christophe Beaugrand, Lucie Lucas et Capucine Anav, Franck Gastambide, l'humoriste Jarry, Olivier Dion ou encore Léa Salamé. Plusieurs personnalités du monde politique comme Emmanuel Macron, Donald Trump, Mounir Mahjoubi, Fleur Pellerin ou Gaspard Gantzer ont fait part de leur effroi, toujours sur les réseaux sociaux.


Assoun Raphael et Saighi Laysa

La presse étrangère...

Ci-gît feu Notre-Dame

La presse mondiale a été secouée par l'incendie du 15 avril qui a ravagé Notre-Dame de Paris. Un monument français, une histoire française, un bout de culture française, et pourtant des réactions venant de tous les pays du Globe.

1- The Sun, Royaume Uni :
“Enfer de Feu à Notre-Dame”

2- El País, Espagne :
“Les flammes détruisent Notre-Dame, symbole de la culture européenne”

3- De Morgen, Belgique :
“Paris n'arrive pas à y croire”

4- The Guardian, Angleterre :

“L'Enfer détruit Notre-Dame”

5- Clarín, Argentine :
“Paris ne sera plus jamais la même”

6- Bild, Allemagne :
“Enfer de Feu à Notre-Dame”

7- The Scotsman, Écosse :

8- La Repubblica, Italie :
“Le Monde contrarié car Notre-Dame est partie”

9- Ta Nea, Grèce :
“Le Monde entier pleure Notre-Dame de Paris”

10- The New York Times, America :

“Le feu mutile la bien-aimée de Paris, Notre-Dame ”

 

Les réactions à l’étranger

The New York Times, la Repubblica, El Pais, Suddeutsche Zeitung, The Sun, Diario de Noticias, Tribune de Genève et Le Soir. États-Unis, Italie, Espagne, Allemagne, Angleterre, Portugal, Suisse et Belgique. Tous ces quotidiens ont mit en Une, Notre Dame en proie aux flammes, lundi 15 avril 2019.
Les politiques étrangers ont dégainé leurs smartphones pour twitter : Angela Merkel “voit avec tristesse ces atroces images”, Jair Bolsonaro éprouve “un profond regret”, les pensées de Theresa May “sont avec les français et les services d’urgence” tandis que Donald Trump donne son point de vue sur la façon dont les pompiers français devraient éteindre l’incendie en expliquant que “peut être faudrait-il utiliser des bombardiers d’eau” et donne un conseil avisé en concluant par “il faut agir vite”.
En Israël Benyamin Nétanyahou exprime sa “profonde tristesse” tandis que le président Réouven Rivlin qui était en visite officielle en France fin janvier a réagi en français “Notre Dame est un des plus symbole de Paris [...], en janvier j’ai jeté un coup d’oeil sur les toits et la flèche l’ont rendue encore plus belle.” Depuis Le Caire le président Egyptien, pays qui compte 10% de chrétiens a déploré “une perte énorme pour l’humanité”.
En Chine, en revanche, les avis sont partagés : en effet sur le réseau social Weibo, le plus utilisé du pays, les nationalistes débattent avec les personnes qui éprouvent de la tristesse et de la peine en rétorquant que les français ont brûlé l’ancien Palais d’été de Pékin en 1860. Le site d’information CCTV, il ne faut “pas oublier l’humiliation, mais ne pas se réjouir du malheur d’autrui”.

source : Le Monde (papier) du mercredi 17 avril 2019

Une presse internationale unanime...

Théa Delerme et Baptiste Ronet

Billet d'humeur

Notre Dame brûle.
C'est ce que m'a hurlé mon père, penché à notre fenêtre.
Ma mère s'est appuyée contre la rembarde, s'est soutenue contre son mari, incrédule en répétant confusément que c'était impossible.
Alors je me suis aussi approchée de la fenêtre.
Je crois que je n'ai pas bien réalisé tout de suite.
Ça me paraissait impossible,si stupide.
Mais il y'avait bien une immense colonne de fumée qui montait de là où on pouvait apercevoir le bâtiment.
Ce n'est peut être rien, mais je pense que ça vaut la peine d'être raconté, la manière dont j'ai vu des siècles d'histoire s'élever dans le ciel et s'écrouler sur ma ville.
C'était assez dingue, on voyait les voisins agripper à leurs balcons, eux aussi stupéfaits, le téléphone à la main mitraillant la vue de photo.
Mon père a suivi leur exemple. Plus tard, je recevais mes dites photos sur WhatsApp.
La fumée semblait épaisse, lourde, toxique, elle était ocre, jaunâtre. C'est peut être ça la couleur d'un désastre...
Je me suis posée sur le canapé.
Ma mère a allumé la télévision, j'avoue que je n'écoutais qu'à moitié.
J'ai réfléchi. Après réflexion, c'est après avoir vu les gens aux larmes aux informations que j'ai réalisé.
Je suis née à Paris, cette cathédrale aussi.
Je ne l'aimais pas. Étant petite, je la trouvais trop imposante, trop grande quand on était à l'intérieur et aigrie je ne la considérais pas comme notre cathédrale, mais celle des touristes. En grandissant, j'ai su respecter ce chef-d'œuvre d'architecture avec une admiration grandissante pour ses magnifiques rosaces, mais à cet instant, affalé sur mon canapé, ce n'est pas ce qui me marquait le plus.
Depuis ma fenêtre, je voyais partir en cendre des siècles et des siècles d'histoire.
C'était une cathédrale qui avait tout vu, tout survécu.
C'était une cathédrale bâtie par des hommes, des grands architectes, des petits artisants, des bâtisseurs anonymes, oubliés, des générations et des générations qui avait laissé de leur vie et de leur talent une trace indelible, ensemble.
Ensemble, ils avait donné un cœur à Paris.
Plus qu'un bâtiment.
Puis j'ai réfléchi.
J'ai pensé à toutes ces personnes qui avaient foulé ce même sol. Tous ces gens d'époque, ère, âge et parcours différents:
Empereur, Roi, Évêque, Pape, tailleurs de pierres, sculpteurs, charpentiers, menuisiers, maçons, verriers, architectes, Hommes de foi, croyants, athées, historiens, artistes, étudiants, touristes, curieux, Français, étrangers, parisien.
Et ce soir là lorsque la flèche s'est écroulée en direct, j'ai vu toutes ces histoires s'écrouler.
J'ai éteint la télé.

Ines Dufosse

Cet événement restera dans l'esprit de chacun. Que l'on soit religieux ou non, voir la cathédrale Notre-Dame de Paris partir en fumée nous touche et nous interpelle. Ce bâtiment chargé d'histoires fait partie de notre patrimoine et de notre paysage. Laissons maintenant les spécailistes travailler sereinement... Le temps ne doit pas être impératif... Le principal est de la revoir grande, belle et majestueuse. Soyons simplement patient...

La Classe Médias

 

 

 

 

Posté par montaignemedia à 18:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]